15/06/2009

COURCELLES-Gestion du temps de présence

Courcelles026%20(3)

 

Vendredi après-midi je suis retournée sur mon ancien lieu de travail, j'y ai passé 35 ans, enfin 31 d'occupation effective.

 

L'accès se fait par l'arrière du bâtiment, tout y est aménagé,

je franchis le sas et me retrouve dans un monde inconnu, quel luxe...

Ascenseur, escalier en marbre?? ou pierre bleue?? j'opterais quand même pour le marbre, enfin que celui qui connait me renseigne...

Pour l'escalier vers l'étage supérieur ce fut une bataille de longue haleine de la part de la délégation syndicale (j'en faisais partie) car toute la structure était en bois,

je me souviens il y a 40 ans l'escalier était déjà à l'ordre du jour lors de rencontres avec le collège. A cette époque il n'y avait aucune issue de secours pour le personnel travaillant à l'étage.

Je suis heureuse de voir qu'après autant d'années il y a eu aménagement.

 

Une deuxième chose a attiré mon attention

 

 

pointeusezx50-s

 

 

une horloge de pointage avec reconnaissance de la main (plus possible de tricher hein les amis!!)

 

 

hp1000

 

 

J'ai interrogé quelques membres du personnel sur cette pointeuse,

j'ai demandé si on avait restauré l'horaire à la carte comme il y a quelques 20 ans, non non et non,

il s'agit uniquement de contrôler et de sanctionner,

sanctionner qui???

comme par le passé uniquement les employés de Courcelles car sur les autres sites (chantier, antennes administratives dans les autres communes de l'entité) ON NE POINTE PAS.

 

"Supprimons donc cet machine diabolique" qui ne deviendrait "bénéfique" qu' avec un horaire variable.

 

Rien de changé à l'horizon à l'exception de cette image luxueuse qu'a l'habitant quand il se rend dans les bureaux.

Je parierais que ce visiteur d'un jour préfèrerait voir une amélioration de sa rue (à titre d'exemple la rue Jean Friot)

 

Le mot de la fin a été donné par quelques personnes présentes dans les bureaux (pas toutes bien entendu)

 

"On se plaignait des anciens, maintenant c'est devenu une dictature"

 

Affaire à suivre......

 

  

 

14/06/2009

OTEZ vos foulards syndicaux

Vendredi 12 juin 2009 12h, des personnes des différentes régions du pays arrivent au rond'point Schumann pour manifester en solidarité avec les sans-papiers.

Plus de 1.000 personnes sont là,

Il faut que ça bouge, cela a assez duré...

Parmi les sans-papiers certains sont nés en Belgique, ils sont aux études ou ils travaillent pour des patrons qui en profitent (aucune déclaration, aucun contrat).

 

Madame Turtelboom n'entend pas leurs cris de détresse et pourtant ils ne sont plus seuls à crier "régularisation" Syndicats, ONG, partis politiques (PTB en tête) et autres manifestants sans aucune appartenance quelconque les accompagnent.

 

Anne-Marie écoute 2 représentants, 2 minutes et déclarent en 2 secondes "je n'ai pas le temps"

Mais depuis combien de temps n'a-t-elle pas le temps, 1 an pas loin de 2. 

 

Anecdote de fin de manifestation relatée par une camarade de Charleroi, Myriam:

 

From: Myriam De Ly
Sent: Friday, June 12, 2009 6:54 PM
To:
Subject: Interdiction de porter le foulard... syndical ?


 
Je suis allée à la manif des sans-papiers avec une trentaine de syndicalistes et sans-papiers de Charleroi. Il y a eu un incident après la manif. Une camarade de Charleroi nous avait déjà averti qu'il y avait un barrage de la police obligeant à enlever les insignes syndicaux et autres.

Une femme policière se défendait : "C'est pour qu'il n'y ait pas de diversion de la manif."

Mon camarade Pasquale Colicchio dit à Anne Demelenne, en rigolant, qu'elle devra retirer sa veste. Elle lui répond : "Et quoi encore ?" 
Nous avons eu la même expérience en passant un autre barrage. On était quatre syndicalistes et deux sans-papiers. J'avais un foulard de la FGTB et mon camarade Jacques portait une casquette FGTB. Ils disent à Jacques d'enlever sa casquette, ce qu'il fait, mais il la remet aussi tôt et leur dit : "Et ça (son T-shirt Guevara), je dois l'enlever aussi ?" Un flic s'avance sur moi et dit que je dois enlever mon foulard FGTB. Je lui demande pourquoi : "C'est une signe d'appartenance à une organisation". Je lui dis "et alors, pourquoi je ne pourrais pas le montrer". Lui : "c'est un ordre". "Si vous ne l'enlevez pas, vous restez ici." Je lui ai dit que je ne l'enlève pas et que je veux passer. Il s'avance sur moi, assez menaçant et fait un geste de vouloir prendre le foulard à mon cou. Entretemps Pasquale avait interpellé son chef qui fait signe à l'autre de nous laisser passer.

Je trouve cela quand même un truc assez inquiétant.  Où est-ce qu'on va ? Avec ce raisonnement, on ne pourrait même pas porter un pin's indiquant une appartenance à un groupe ou un parti. Bien sûr, ils n'oseraient pas faire cela lors d'une manif syndicale avec des ouvriers, mais quand il y a des sans-papiers, on peut tout se permettre.

 

Belgique=Démocratie j'en doute.....