14/06/2009

OTEZ vos foulards syndicaux

Vendredi 12 juin 2009 12h, des personnes des différentes régions du pays arrivent au rond'point Schumann pour manifester en solidarité avec les sans-papiers.

Plus de 1.000 personnes sont là,

Il faut que ça bouge, cela a assez duré...

Parmi les sans-papiers certains sont nés en Belgique, ils sont aux études ou ils travaillent pour des patrons qui en profitent (aucune déclaration, aucun contrat).

 

Madame Turtelboom n'entend pas leurs cris de détresse et pourtant ils ne sont plus seuls à crier "régularisation" Syndicats, ONG, partis politiques (PTB en tête) et autres manifestants sans aucune appartenance quelconque les accompagnent.

 

Anne-Marie écoute 2 représentants, 2 minutes et déclarent en 2 secondes "je n'ai pas le temps"

Mais depuis combien de temps n'a-t-elle pas le temps, 1 an pas loin de 2. 

 

Anecdote de fin de manifestation relatée par une camarade de Charleroi, Myriam:

 

From: Myriam De Ly
Sent: Friday, June 12, 2009 6:54 PM
To:
Subject: Interdiction de porter le foulard... syndical ?


 
Je suis allée à la manif des sans-papiers avec une trentaine de syndicalistes et sans-papiers de Charleroi. Il y a eu un incident après la manif. Une camarade de Charleroi nous avait déjà averti qu'il y avait un barrage de la police obligeant à enlever les insignes syndicaux et autres.

Une femme policière se défendait : "C'est pour qu'il n'y ait pas de diversion de la manif."

Mon camarade Pasquale Colicchio dit à Anne Demelenne, en rigolant, qu'elle devra retirer sa veste. Elle lui répond : "Et quoi encore ?" 
Nous avons eu la même expérience en passant un autre barrage. On était quatre syndicalistes et deux sans-papiers. J'avais un foulard de la FGTB et mon camarade Jacques portait une casquette FGTB. Ils disent à Jacques d'enlever sa casquette, ce qu'il fait, mais il la remet aussi tôt et leur dit : "Et ça (son T-shirt Guevara), je dois l'enlever aussi ?" Un flic s'avance sur moi et dit que je dois enlever mon foulard FGTB. Je lui demande pourquoi : "C'est une signe d'appartenance à une organisation". Je lui dis "et alors, pourquoi je ne pourrais pas le montrer". Lui : "c'est un ordre". "Si vous ne l'enlevez pas, vous restez ici." Je lui ai dit que je ne l'enlève pas et que je veux passer. Il s'avance sur moi, assez menaçant et fait un geste de vouloir prendre le foulard à mon cou. Entretemps Pasquale avait interpellé son chef qui fait signe à l'autre de nous laisser passer.

Je trouve cela quand même un truc assez inquiétant.  Où est-ce qu'on va ? Avec ce raisonnement, on ne pourrait même pas porter un pin's indiquant une appartenance à un groupe ou un parti. Bien sûr, ils n'oseraient pas faire cela lors d'une manif syndicale avec des ouvriers, mais quand il y a des sans-papiers, on peut tout se permettre.

 

Belgique=Démocratie j'en doute.....